À l’étranger pour s’éloigner du poison quotidien

Choquant? Évidemment! Inévitable? Pas certaine.

La lecture de la chronique de Marie-Claude Lortie, Mauvaise chimie, qui a parue la semaine dernière sur Cyberpresse exposant quelques trouvailles de la documentariste Marie-Monique Robin, l’auteure du film Le monde selon Monsanto, m’a porté à réflexion.

En voyageant, on s’offre la perspective. On fait des rencontres hyper inspirantes, on découvre le monde d’une autre manière, et on examine de beaucoup plus près les habitudes de vies qui sont autres que celles avec lesquelles nous avons grandi. Ceci m’amène à vous parler d’un homme qui m’a ouvert les yeux et m’a appris à voir la terre différemment. Les OGMs, les pesticides, l’agriculture massive: il n’en veut pas! Vivre simplement, manger sainement, offrir la meilleure qualité: ça, oui!

Ferme écologique à Jacques Brault - Gallecs, Barcelone, Espagne

C’est vers le début du mois d’avril que j’ai rencontré Jacques Brault. Mon fiancé, qui travaillait en cuisine au restaurant étoilé au guide Michelin, El Raco de Can Fabes, m’avait souvent parlé de cet homme qui,  à tous les mercredis, apportait les fruits et les légumes. Originaire de Granby, Jacques a tout laissé derrière, a émigré en Espagne, et cultive aujourd’hui le sol de la Catalogne, tout en étant en parfaite harmonie avec la nature.

On dit souvent des québécois qu’ils sont innovateurs, avant-gardistes, et qu’ils ont une facilité à penser « outside the box »… Jacques en est la preuve. Pas étonnant qu’un ancien viticulteur québécois recycle ses techniques pour travailler la terre et se réinvente en agriculteur bio et écologique, fournissant parmi les meilleurs restaurants étoilés de Barcelone en fruits et légumes.

Fèves fava

Aucun engrais, aucun pesticide, on tolère les mauvaises herbes, même les livraisons se font en transport en commun. Tout pour être le plus écolo et bio possible! C’est un virage à 180 degrés de la réalité québécoise, mais c’est la devise adopté par Jacques depuis ses débuts dans le parc rural de Gallecs à Mollet del Vallès, il y a déjà huit ans. Même qu’aujourd’hui, l’association d’agriculteurs de Mollet del Vallès fait pression sur les terres avoisinantes pour qu’elles adoptent sa façon de travailler, ce qui empêcheraient de nuire à la pureté des récoltes.

Les pesticides et l’engrais au naturel

« Il y a les carnivores et les herbivores chez les insectes, nous explique Jacques. Les carnivores sont nos amis, car ils se nourrissent d’herbivores qui détruisent les récoltes. À chaque fois que je laboure mon terrain, je fais attention pour ne pas endommager l’habitat des coccinelles parce que je sais qu’elles vont m’aider. Et quand je vois un épis de maïs plein de pucerons, je fais comme si j’avais rien vu, je souris. Les coccinelles auront de quoi manger, pourront se reproduire, et maintiendront l’équilibre dans mon jardin. »

Artichaut

Si une année particulièrement aride s’annonce, Jacques est sans crainte. Une toile noire recouvre les sol pour y conserver l’humidité, protéger les jeunes pousses, et même réguler la température durant une bonne partie de l’année. Simple mais extrêmement efficace.

L’engrais et le compost proviennent des résidus de ses anciennes récoltes. Ainsi le cycle de la vie continue!

Le fruit des ordures

Les bourgeons du choux-fleurs, du brocoli violet, des choux de Bruxelles, et des oignons ne sont certainement pas considérés comme des produits fins. Cependant en Catalogne, les restaurateurs disent autrement.

Bourgeon d'une fleur d'ail

« Je gagne ma vie à vendre ce que les autres considèrent comme des déchets. Lorsqu’on expérimente avec les dérivés d’un légume (bulbes, fleurs, et bourgeons), on découvre un tout autre monde. On réalise que ceux-ci sont plus savoureux, aromatiques, et qu’ils se vendent beaucoup plus cher sur le marché parce qu’ils sont rares et donc un produit fin! »

Fleurs de brocolini

Verdura primavera- El Raco de Can Fabes, Sant Celoni, Espagne

Un poireau qui prend de la maturité vient à fleurir: Jacques cueille ces fleurs, qui sont d’ailleurs délicieuses et peut les vendre trois fois le prix du légume. Ce même poireau réagit lorsqu’on lui coupe sa fleur et ses racines viennent à former des bulbes. Les bulbes ont le goût d’un poireau et la texture d’une pomme de terre, c’est donc un vrai délice pour les potages! Enfin, pour chaque légume semer, l’agriculteur peut récolter jusqu’à trois fois son prix. C’est ainsi qu’il gagne sa vie.

L’agriculture, ça s’enseigne.

Jacques Brault et sa fille Leila

Finalement, c’est lors de ma dernière visite à Gallecs que j’ai rencontré celle qui succèderait à Jacques. Pas plus haute que trois pommes, mais un palet aussi développé qu’un critique gastro, sa fille Leila sait reconnaître les bons produits. À seulement deux ans et demi, elle choisit ce qui entre dans son assiette avec soin et précision. Dans le jardin, la pioche à la main, Leila tâte tous les fruits et légumes pour vérifier leur maturité, et engloutit tout ce qui lui tombe sous la dent juste pour le plaisir d’y goûter. Durant la semaine, elle accompagne son père lors des livraisons à Barcelone, à Sant Celoni et sur la Costa Brava, amadouant les plus grands chefs de la région avec ses grands yeux en amande, sa curiosité et son caractère espiègle.

Jacques et Leila

Pendant qu’elle s’occupe à “piocher” la terre, Jacques prépare le repas et nous raconte qu’il travaille également sur un projet de réinsertion social destiné aux jeunes déliquants. En leur enseignant l’agriculture écologique, Jacques souhaite remettre ces jeunes sur la bonne voie, tout en épaulant l’économie locale.

« C’est incroyable de voir comment une personne peut changer lorsqu’on lui confère des responsabilités. Il faut juste leur donner une chance. En travaillant la terre, non seulement ces jeunes s’aident eux-mêmes, mais ils viennent en aide à la communauté, et à leur pays. Au final, on est tous gagnants !»

Braisé de lapin, raviolis et légumes du jardin

Bon appétit!

Pour visiter sa ferme dans le parc rural de Gallecs, ou pour assister à un séminaire sur l’agriculture bio et éco (à Barcelone) avec Jacques Brault, veuillez communiquer avec lui par email: jacobro@hotmail.com.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: